[Roman] Entremonde – Neil Gaiman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Roman] Entremonde – Neil Gaiman

Message par Myschka le Mar 23 Oct - 4:31

"Lors d'une course d'orientation, Joey, un lycéen ordinaire, découvre qu'il a le pouvoir de voyager dans des univers parallèles. Ce qui n'est pas sans poser certains problèmes, car il se retrouve dans un Entremonde composé de trois millions de planètes, au beau milieu d'une guerre entre Empire des sciences et Royaume de la magie. Pire ! il y est chargé, avec une armée composée de ses doubles de dimensions différentes, de préserver l'étanchéité paisible qui règne entre les mondes... "



Autant le dire tout de suite, la quatrième de couverture ne rend pas justice à cet excellent roman jeunesse.

Il faut d'abord savoir que Joey, notre héros, se présente d'abord comme bien des personnages de Gaiman : c'est un peu un boulet, puisqu'il est doté d'un sens de l'orientation apocalyptique, dont la défaillance confine (littéralement) au surnaturel. Ajoutons à cela qu'il fait partie de la masse anonyme des "invisibles" de son lycée, on comprendra donc qu'il est un peu mal barré dans la vie.

Mais c'est justement cette capacité à se perdre (on peut le prendre au sens littéral comme au sens métaphorique) et cet anonymat qui lui permettent, lors d'une course d'orientation organisée par son prof d'histoire aux méthodes peu orthodoxes, de "glisser" vers un autre monde, sans vraiment s'en rendre compte (un thème assez récurrent chez Gaiman, là-aussi). Il s'avère qu'il est en réalité un "marcheur", probablement le meilleur de tous, et qu'il a la capacité de se déplacer dans une infinité de dimensions parallèles.

Notre héros se retrouve donc enrôlé au sein d'une "armée" uniquement composée de ses doubles, chacun venant d'un univers différent. Mais leur tâche ne consiste pas uniquement à préserver l'étanchéité entre les mondes : il s'agit aussi et surtout de maintenir un statu quo entre science et magie, dont les représentants respectifs sont loin d'être des enfants de chœur et se livrent une guerre sans merci pour la domination des mondes.

Bref, je n'en dis pas plus, je ne veux pas prendre le risque de spoiler.

Ce que j'ai particulièrement aimé au sujet de ce bouquin, outre l'univers, ou plutôt le multivers très riche imaginé par Gaiman et Reaves, c'est qu'il a beau être estampillé jeunesse, il est très loin de prendre ses lecteurs pour des idiots, ou même de simplifier les choses pour les rendre faciles d'accès : les personnages sont fouillés, même les plus secondaires, il n'y a aucun manichéisme, et les problèmes se résolvent (ou non) en faisant des choix difficiles, jamais évidents mais toujours cohérents. Et pourtant, il reste d'une fluidité incroyable, et je pense qu'il est la portée du plus grand nombre.

C'est tout de même très fort, aussi, d'avoir réussi à insuffler de la poésie et du fun à la physique quantique Smile

En gros, c'est un très joli coup de cœur que je recommande vivement, et à tout le monde.

_________________
L'alcool, c'est mal. En même temps l'eau ça fait rouiller, alors c'est pas comme si on avait le choix, hein.

"Rule number one of wizardry, kid : they never expect bazookas".
avatar
Myschka
Connasse Cynique en Chef

Nombre de messages : 909
Age : 37
Date d'inscription : 08/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://myschka.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum